17 janvier, 2013

une bulle...

Nous vivons une drôle de période où "l'incertitude de tout" nimbe comme une fumée qui asphyxie la pensée en la réduisant à l'affect, le "tous les jours" et les "lendemains". La grande manifestation de dimanche dernier, celle d'une middle class à la française, sans ces gens très riches qui n'en n'ont rien à foutre tout en se prétendant leurs alliés, est intéressante en ce qu'elle est moins l'expression d' un recours moral et philosophique qu'une marque évidente de désarroi de la part de ceux qui y participèrent et dont le souci d'avenir consiste à travers ce refus d'une évolution paradigmatique que bien d'autres pays ont admise, tout "garder en l'état", au prétexte éculé mais proche du désespoir que les choses sont faites pour être pérennes et que le "fait de société" comme le "fait économique" doivent, dans leur immobilisme rester selon l'expression-élément de langage : in-con-tour-nable au profit de ceux qui sont vraiment, mais alors vraiment riches et absents d'un débat  qui leur est étranger... La joie évidente de ceux qui y étaient relevait du bonheur sincère d'être entre soi, détenteurs d'une vérité médullaire, quasi infaillible et à l'abri de tout, une bulle...
Le coup, sans génie tant il était facile, des hommes politiques qui y participèrent fut d'abonder dans ce sens.

Bon j'arrête, je vais devenir empathique...

2 commentaires:

daniel a dit…

Quand les "Choses Immuables Vont De Soi", et qu'elles sont revendiquées comme allant de soi, je baisse la tête, je me fais tout petit, j'entre dans ma carapace de protection et je commence à entrer tout doucement en résistance...
Mais je ne préfèrerais pas... qu'il en soit ainsi.
Appartenir aux classes moyennes n'exonère personne d'avoir un cerveau même tout petit pour penser gros !

P. P. Lemoqeur a dit…

on bien d'accord. Et tu as bien pigé, quand je parle de classe moyenne, c'est par rapport aux très riches comme aux très pauvres qui pour les mêmes raisons mais en miroir s'en tapent, que c'est pas permis de s'en taper comme ça.

Quant à ces gens, je me dis :
1 - qu'heureusement que Simone Weil a fait son boulot ( merci Giscard, faut pas être chien !)
2 - Mitterrand, le sien
3 - que la vente des armes ne soit pas libre en France

Site counter

Archives du blog