23 février, 2009

Philippe Jaroussky, ou faut être juste !

Il y a quelques temps, j'avais dit des choses pas très gentilles sur Jaroussky dans ses errances ses aventures baroqueuses. Bon, il s'en tape Jaroussky de ce que je pense, mais il s'agit d'être réglo ! Car voilà que j'entends cet après-midi un disque tout nouveau du même, mais pas dans son répertoire habituel. Des mélodies françaises, qu'il chante, Saint-Saëns, Hahn, Fauré, des choses qu'on entend rarement, voire qu'on n'a pas entendues depuis des lustres ou même jamais, en un mot, l'anti Vivaldi... Et bien, c'est tout à fait réussi. La diction est parfaite, la voix fluide et habilement timbrée (ah, la technique !) et les intentions littéraires fin de siècle, un peu vénéneuses, délicieusement huysmansiennes ("Opium" que ça s'appelle, c'est vous dire!) sont fort bien distillées, car dans la mélodie, le chanteur se fait aussi un peu diseur. Bref, le coté chichiteux que je lui reprochai dans son répertoire de musique ancienne fait ici merveille. Voilà, faut être juste ! Il chante tout pareil ? C'est pas grave, car là, honnêtement, ici, ça marche ! on ne va quand même pas bouder notre plaisir !
.

1 commentaire:

bonnjour a dit…

Bonjour,

Forgive me for writing this message in English. Although I'm learning French, my written French is very, very poor.

I read your article "Philippe Jaroussky, ou faut être juste !" with great interest. I'm a big fan of Jaroussky, and I'm totally agree with your opinion.

I'm originally from Japan where mélodies françaises are scarcely known to people. I think this marvelous new disc by Jaroussky will certainly make my fellow countrymen (or "countrypeople" to avoid sexism...) interested in this genre of music as well as French culture in general.

Site counter

Archives du blog