27 février, 2009

"Le petit jardin" de Jacques Dutronc existe.

C'était un petit jardin
Qui sentait bon le métropolitain,

Qui sentait bon le bassin parisien.
C'était un petit jardin

Avec une table et une chaise de jardin,
Avec deux arbres un pommier et un sapin
Au fond d'une cour à la Chaussée d'Antin

Mais un jour, près du jardin,
Passait un homme qui, au revers de son veston,
Portait une fleur de béton.

Dans le jardin une voix chanta:

REFRAIN :
"De grâce, de grâce, Monsieur le Promoteur,
De grâce, de grâce,
Préservez cette grâce.
De grâce, de grâce,

Monsieur le Promoteur,
Ne coupez pas mes fleurs.

Ce petit jardin , même s'il n'est pas à la Chaussée d'Antin existe .
Voici sa photo.
Cliquez la photo pour l'agrandir

Ça fait des années que je passe devant ce petit jardin, situé en plein centre ville à à peine 25 km de la Chaussée d'Antin... Parfois la porte de bois est fermée, souvent elle est ouverte, il y a juste dans ce cas là une petite grille à mi-hauteur. On peut s'arrêter, et contempler. Aujourd'hui, (comme vous le savez, je sors toujours armé), je m'arrête pour faire la photo que je voulais faire depuis des années. On peut photographier, y a pas de problème c'est ouvert, c'est fait pour ça... Seulement... je demande toujours aux gens s'ils veulent bien que je photographie leur bien... C'est pas innocent car, j'aime bien voir qui est qui, qui vit là... Il y a à droite de l'entrée une chaîne reliée à une cloche. Je sonne. Je re-sonne... j'attends. Sort de la maisonnette à gauche une black robuste et adorable, à qui j'explique que je voudrais bien demander la permission. Elle est d'accord pour avertir le proprio, elle trouve ça normal ! Elle frappe à la fenêtre, elle lui demande, il est surpris ! c'est la première fois! Il sort doucement de sa maison, et là c'est le coup de foudre! Un petit vieux, nickel-chrome, peigné avec la raie bien faite, en chemise à carreaux verts et blanc, canne à la main me reçoit. Il est heureux que je m'y intéresse, à son jardin, je suis le premier à le lui dire ! Il va avoir quatre-vingt-neuf ans. Il est beau comme un sou neuf. Il me raconte. Cent mètres carrés de jardin, oui, mais quel jardin ! Il est tout ému que je m'y intéresse. Ce qui court sur les murs ? mais non, malgré la taille des lianes, c'est pas de la glycine, c'est de l'ampelopsis ! Actuellement, c'est l'hiver, faut que je revienne l'été, même déjà au printemps, tiens le 17 avril c'est son anniversaire. C'est sûr, je vais revenir le voir ! Il va l'avoir son gâteau d'anniversaire. Il y a des rencontres, comme ça... Ça a duré dix minutes... Dix minutes de bonheur !

2 commentaires:

erlendur a dit…

Bonjour, je lis peu de blogs, tout bêtement parce que peu d'entre eux m'intéressent. Pourtant je passe régulièrement faire un petit tour par le votre qui propose un peu de tout et n'importe quoi, des sautes d'humeur que je partage souvent, des billets plus intellectuels par dessus il m'arrive de sauter parce que d'humeur feignasse ou que je me sens dépassé, mais aussi des petits moments de poésie comme aujourd'hui.
Une chose m'étonne : il y a peu de réactions à ce que vous écrivez, à moins que vous ne les filtriez sévèrement?
Ou bien peut-être que vous êtes beaucoup lu mais en silence, sans commentaire, je m'interroge...
Ou alors vous êtes peu lu, et je trouve que c'est dommage, et je ne voudrais pas qu'un soir de déprime vous arrêtiez d'écrire ce journal sous prétexte de faible audience, alors voilà, je voulais seulement vous dire amicalement mon intérêt pour votre blog.

P. P. Lemoqeur a dit…

Cher Erlendur

Merci de votre commentaire et de la sympathie que vous me manifestez.

Les commentaires sont en effet moins nombreux depuis qu'à la suite de messages de ma part un peu polémiques je me suis retrouvé face à des commentaires dont je ne souhaitais en aucune manière qu'ils alimentent quoique ce soit de malsain... On m'a traité alternativement de tout et de son contraire... J'ai donc filtré, et de ce fait comme toujours dans ce cas, les vocations de commentateurs incontrolables se sont faites plus rares, ce dont je me réjouis...

Pour ce qui est de la fréquentation de mon blog, si ma modestie me raisonne, mon compteur m'incite à continuer... Je me suis aperçu récemment que certains chroniqueurs radiophoniques s'exprimaient dans la foulée sur des sujets que j'avais traité et ce quasiment dans les mêmes termes ; ça ne veut rien dire car on peut avoir des sensibilités comparables, et ça me rassure...

Et puis le fait que vous me laissiez ce commentaire est la preuve de ce que je suis lu.
Alors maintenant, je vais vous dire un truc... On me repproche parfois d'être péremptoire, c'est vrai, c'est mon péché ma faute originelle... C'est peut-être pour ça qu'on ne cherche pas forcément le débat...

Merci en tout cas, car peremptoire, peut-être, mais sensible, néanmoins !

Pour ce qui est d'arrêter... Je voudrais que je ne pourrais pas...Je suis comme qui dirait " Blog-addict"... et même à Marmotan, c'est pas référencé...

Site counter

Archives du blog