03 décembre, 2012

Questionnement qui m'interpelle

Tiens, au fait pourquoi dit-on : un va-nu-pieds et non un va-nus-pieds, et au pluriel des va-nu-pieds et non des vont-nus-pieds ?
SOS grammairiens !

3 commentaires:

daniel a dit…

Ce ne sont pas leurs pieds qui sont nus, mais l'état de leurs pieds qui est nu...
En revanche, la Contesse du Barry était pieds nus... ses bas étaient chez le remailleur...
Tiens j'ai lu dans Libé ce matin qu'un flic niouyorquais avait offert une paire de bottes fourrées à xy USD, (58 euros!)à un va-nu-pied...
Une photo circule au grand dam du flic qui aurait préféré resté dans l'ombre...

P. P. Lemoqeur a dit…

oui j'ai entendu parler de ça !
c'est Saint Martin revisité ! Sauf que lui, il lui a refilé la paire et pas la moitié...

L'Aixoise a dit…

Je pense que c'est comme des "sot-l'y-laisse"... On ne dit pas des "sots-l'y-laissent" ! C'est une locution verbale, donc elle est invariable... Je l'explique comme ça, mais je peux me tromper...
Sot-l'y-laisse
(so-li-lê-s') s. m. invar.
Morceau très délicat qui se trouve au-dessus du croupion d'une volaille.
• Il [La Reynière, célèbre gourmand du siècle dernier] trouva son fils à table : Comment donc ! c'est vous qui faites embrocher sept dindons pour votre souper ! - Monsieur, je vous avais ouï dire assez souvent qu'il n'y a presque rien de bon dans une grosse dinde, et je n'en voulais manger que les sot-l'y-laisse, DECOURCHAMPS Souvenirs de la marquise de Créquy, t. IV, ch. 6.
Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré, 1872-1877.
"Il n'y a presque rien de bon dans une grosse dinde" ! On s'en doutait...

Site counter

Archives du blog