17 octobre, 2011

Les histoires que racontait mon bon maître

Je vous dis parfois les histoires que racontait mon père, les aphorismes de mon grand-père. Cette histoire c'est mon "bon maître" ( dit aussi "Bien cher Maître") qui la racontait.

Lorsqu'un soir de juin 1961 sur les 21 heures, le "Printemps" de Poitiers prit feu puis s'embrasa, mon bon maître, en voisin alerté par le bruit se rendit sur les lieux et y resta jusqu'à ce que, quelques heures plus tard, les pompiers eussent raison du sinistre, sans la moindre victime .

Il revint à son domicile et pour ne pas éveiller sa légitime épouse de nature peu encline à sacrifier son temps au moindre fait-divers et autre futilité fit en sorte de regagner le plus discrètement possible la chambre puis le lit conjugal.
Quelle ne fut pas sa surprise, tandis qu'il se glissait délicatement entre les draps, d'entendre sa femme, honorable, la mère de ses enfants, poser dans son demi-sommeil cette question surprenante : Qui c'est-y ?

L'a-t-elle vraiment dite ? Peu importe ! Mon bon maître était un conteur né, je l'ai entendu raconter avec mille variantes et détails nouveaux cette histoire conjugale en tous points remarquable.

2 commentaires:

daniel a dit…

P.P. si tu supportes mon esprit d'escalier (-ta photo date de plusieurs jours !) et si tu aimes bien Morandi, je me permets de te conseiller la lecture de " Comment peindre un homme mort" de Sarah Hall; ce n'est pas dénué d'intérêt...

http://www.evene.fr/livres/livre/sarah-hall-comment-peindre-un-homme-mort-42213.php

Anonyme a dit…

Excellent ! Encore !

Site counter

Archives du blog