22 décembre, 2008

"Le Jourde et Naulleau", dommage !... Vive Jean-Louis Curtis !

Je me disais il y a quelques jours que j'allais bien me marrer en lisant la nouvelle édition du Jourde et Naulleau, n'ayant pas lu la première mouture de 2004 dont elle n'est qu'une resucée à peine réactualisée. Ben, hélas, honnêtement, je suis déçu... C'est lourd, ça pèse des tonnes et c'est autant tramé de ficelles énormes que les oeuvres des auteurs qu'ils prétendent mettre en pièces...

Je pense que le meilleur moyen de démasquer les truqueurs (dont ceux auxquels ils s'attaquent avec raison), c'est finalement ou à coup sûr de se livrer au seul et unique pastiche ... Je me souviens étant gamin d'un auteur qui me réjouissais, Jean-Louis Curtis, dont la virtuosité de plagiaire pernicieux était autrement plus efficace pour faire tomber les masques que les commentaires appuyés et très formatés de Jourde et Naulleau.

Car pour se marrer en lisant Darieussec ou Angot ou Sollers ou Jardin... avons-nous vraiment besoin de guides... d'assistance ?

Déçu ! je vous disais ! (j'avais bien aimé Petit Déjeuner chez Tyrannie de l'un et La littérature sans estomac de l'autre)

Tant pis... ou tant mieux, je vais relire Curtis.
.

1 commentaire:

riskofil a dit…

Un pastiche que je vous conseille vivement : "Et si c'était niais" de Pascal Fioretto, Ed. Chiflet et Cie.
Angot, BHL, Nothomb, Fred Vargas, D'Ormesson, Pascal Sevran passés à la moulinette de l'humour. Très très bon.

Site counter

Archives du blog