26 septembre, 2012

Les amoureux du monde !

Les amoureux du monde jettent une pièce dans la Fontaine de Trevi  à  Rome et dans mille lieux où ils se jurent et surtout rêvent de revenir ensemble. A Paris c'est sur les ponts et d'une drôle de manière ... Ca a commencé discrètement sur le monumental  Pont  Alexandre III. Ca s'est depuis déplacé et c'est désormais car c'est plus visible sur  le pont de l' Archevêché tout près du BHV où l'on trouve tous les cadenas qu'il faut  que se font les vœux les plus tendres... L'emblème ? Un cadenas ! Pourquoi pas un boulet pendant qu'ils y sont...

1 commentaire:

daniel a dit…


L'amour est devenu un phénomène de masse !
Et il faut montrer qu'on l'éprouve !
Z'étaient jolies les pièces dans l'eau, scintillantes, corrodées, comme les écailles des poissons. Quand j'étais gosse, il me fascinait que les adultes fassent ça, jettent des pièces dans l'eau, « gaspillent » de l'argent par amour. C’était répandre une manne. Une manne de menu monnaie. A qui en voudrait, de l’argent, du bonheur, de l’amour ! L'amour alors était universel, chacun avait une pièce de monnaie sur lui, chacun pouvait aimer où et quand il le voulait, à tout instant, quand la flèche de Cupidon lui touchait le coeur. Ou les fesses !
De nos jours, à Paris, et pourtant il y en a des fontaines ! - aujourd'hui donc, il faut calculer son coup bien en avance, aimer mais pas trop loin d'une quincaillerie, d'un serrurier, aimer à porter de cadenas ! Ou alors pire, se trimbaler avec un cadenas dans la poche ! De la chaîne au boulet il n'y a qu'un pas ! Un pas et plouf !
L’amour est cadenassé d’ennui et de conformisme. Sont-ce les touristes où les indigènes parigots qui usent de cette pratique ?! D’ici à ce qu’elle devienne obligatoire !
La première fois que j’ai vu de ces cadenas sur la grille de ce parapet –proutttt le parapet, je me suis dis, tiens une manif’ concernant les prisonniers, les détenus. On met un cadenas et si on obtient une libération, on ouvre le cadenas et on le jette à l’eau. Puis un jour j’ai remarqué qu’il y en avait de plus en plus. Je me suis dit, normal avec Sarko au pouvoir, on frise les 70 000 détenus. Mais pourtant un truc me chagrinait : en tant qu’ancien militant de l’observatoire international des Prison, l’OIP pour les intimes, si dans ces milieux on évoquait le rapport Delarue sur le déplorable état des incarcérations et des lieux de privation de liberté, (c’est dans ces cas qu’on se rend compte que la liberté, ce n’est pas rien !) dans ces milieux, on ne parlait jamais de cette manif’ que je trouvait assez sympathique ! Et pour cause ! Jusqu’à ce qu’une charmante personne m’explique la raison du décor du parapet du pont de mes deux coudes.
Est-ce ainsi que les hommes vivent ?!
D*

Site counter

Archives du blog