15 septembre, 2012

Keşan, poste frontière, province d'Edirne



Août 1969. Sitôt passé la frontière gréco-turque, à Keşan, ma 2cv antédiluvienne pète un cardan. Mes camarades de voyage doivent prendre le surlendemain à Istanbul un bateau pour Haïfa. Je reste donc ici... Je rencontre, quelques heures après mon arrivée, un lieutenant de l'armée turque qui parle un français parfait. Il s'appelle Müfit, me loge, s'occupe de tout. Je suis pris en charge par tout le village, gavé de kebab sous toutes ses formes, de dondurmas au citron, de karpus... Je reste là cinq jours. Un matin il m'invite à aller chercher avec lui un croisillon de cardan dans les ateliers de la caserne (voir photo ci-dessus, c'est là). Une fois dans l'entrepôt nous cherchons dans d'immenses rayonnages (je n'ai de ma vie jamais vu autant de croisillons de cardan réunis en un lieu) un croisillon qui ressemblerait à un croisillon de cardan de 2cv... Impossible au vu du nombre... d'autant plus que d'un seul coup, il entend la police militaire qui arrive. Keşan est un poste frontière parmi les plus importants. Nous sautons sur sa MZ de service et fuyons à travers le camp puis le champ de tir, avant de retourner au village, sans nous faire rattraper... Un truc à finir en taule tous les deux, lui pour trahison, et moi pour espionnage, à l'époque l'armée turque n'a aucun sens de l 'humour.
Finalement, le forgeron du village a façonné, usiné  un croisillon que son voisin le mécano a, sitôt fait, installé sur la voiture... gratuit tout ça, bien sûr... Je suis parti pour Istanbul. Là m'attend un comité de réception et mon copain Mehmet dont je vous ai parlé récemment...

2 commentaires:

daniel a dit…

Putain, Müfit avait une MZ ! C'était de la moto, ça ! Enfin en France c'était une moto que les motards méprisaient parce qu'elle se traînait un peu (elle fumait fort parfois!)et surtout parce qu'elle valait assez peu cher. Un mec en MZ, c'était pas un motard ! Mais elle avait une belle forme de grosse cylindrée, j'avais repeint la mienne en beige clair et j'avais bricolé un pare-bloc-cylindre chromé, ça faisait très 1900 !
Ton histoire, réciproque, tu vois Müfit à Avennes-sur-Helpe, en rade avec son cardan ? Serait-il aidé et bichonné comme tu l'as été ? Ou faudrait-il qu'il choisisse le lieu de sa panne, Oradour sur Glane, par exemple !
Et ces voitures, les deux chevaux, les quatre ailes, cousines germaines, avec de si beaux noms communs, qu'on pouvait réparer avec des bouts de ferraille et à coup de marteau ! Où sont passées nos amours anciennes !
Que sont-elles devenues !

P. P. Lemoqeur a dit…

La situation en miroir, Müfit en France, c'est exactement ce que j'imaginais en terminant ce billet !

Site counter

Archives du blog