26 mars, 2009

Dire, ne pas dire, empêcher de dire.

Ça s'en va et ça revient, au gré des provocs diverses et variées. Que ce soit Le Pen et ses radotages négationnistes que plus personne à part quelques psychopathes médicalisés ou non ne prennent plus en compte et les délires parnoïaques du petit rappeur Orelsan avec ses bouffées de haines passionnelles d'amour déçu, la question revient, que pose fort à propos Marie Laetitia sur son blog ami (http://hemipresente.over-blog.com/atom.php) (je n'arrive plus momentanément à lui laisser de commentaires ) : "Peut-on dire tout et n'importe quoi sous couvert d'expression "artistique". ? Et bien, c'est pas simple...
Le rap d'Orelsan, "Sale Pute", c'est l'objet du litige, de l'amical conflit !
http://www.youtube.com/watch?v=_U7V9oZPTWY. Il est infâme, certes, mais fort bien écrit dans sa violence intolérable... Je préfère curieusement dans sa forme outrancière cette écriture maximaliste à la mélasse souchonienne, à l'oecuménisme cabrélien... Mais je voudrais bien savoir aussi (les producteurs ont décidé devant le tollé récent et généralisé de ne pas le publier, même si on peut l'écouter sans problème) qui l'a concoctée, cette chanson, aussi odieuse soit-elle, j'ai peine à croire que le branleur endimanché qui l'a enregistrée en soit l'auteur ... Pour ce qui est de l'outrance, qui peut dire ce qui se passe dans la tête d'un candidat au crime passionnel ? et ce d'autant plus que dans le clip, l'objet des tourments du jeune homme est plus du genre executive-woman que femme au foyer...

Quand à la question de la censure, je ne pense pas que ce soit le moment d'utiliser cette arme quand notre gouvernement est prêt à s'en servir à outrance dans ses projets liberticides tous azimuths. Je suggérai donc à l'instant sur le blog ami, dans ce cas de figure, les frappes ciblées, chirurgicales, d'aller bordéliser les lieux où il se produit, plutôt que le victimiser par les bons soins "d'Anastasie". Maintenant, je me demande vu l'âge du gamin, et sa petite gueule de con borné, s'il n' a pas été lui même instrumentalisé... Le "mythe de Pandore" dont il fait état dans sa chanson, ne me parait pas être une référence culturelle naturelle d'un rappeur de base...

Mais j'aimerais bien savoir ce que vous en pensez...

5 commentaires:

Olivier Autissier a dit…

Pas grand chose en fait.
Mais que ça ne doit pas être à cause d'une politique liberticide qu'il ne faut plus rester vigilant à d'éventuelles limites à la liberté d'expression. Mais y en a-t-il ?
Que de toutes façons, si par un biais ou par un autre, la chose fait recette, l'éthique ne passera qu'après.
Qu'en dépit de ces facteurs, je ne suis pas favorable aux appels à la haine quels qu'ils soient.
Qu'en d'autres temps, moult chansons appelaient à la crétinerie, j'en fus victime, et je me demande si ça n'était pas aussi dangereux. Mais plus politiquement correct.

riskofil a dit…

Mise à part la polémique sur cette chanson, pourquoi le mythe de Pandore ne ferait-il pas partie de la culture d'un rappeur de base ? Vous ne nous aviez pas habitués à ce genre d'a priori.
Amitiés.

P. P. Lemoqeur a dit…

Allons, Riskofil !

Vous rêvez... Ca, c'est vrai pour les slammeurs genre Grand Corps Malade ou les rappeurs façon MC Solar, gosses de bourges... Pas pour les vrais rappeurs de la zone...

A priori ? Ouais ! y a des jours ou je préfère avoir des a priori que des poussées passagères de démagogie ! Ah non Mais ! Je t'en foutrai moi des a priori !

La bise !

Anonyme a dit…

Communiqué de presse


*Solidaires face aux menaces du rappeur OrelSan contre les associations
féministes*

Le 21 avril 2009, le rappeur OrelSan était programmé à la MJC de Rennes.
Pendant les semaines précédant le concert, de nombreuses associations
ont alerté le directeur de la MJC et les élu/es de la ville de la
nocivité des textes de ce rappeur qui se plaît à détailler avec
complaisance des violences infligées à des femmes et à des mineures.

Deux semaines auparavant, OrelSan devait se produire à Poitiers. Mais,
face à l’extrême violence de ses chansons et à leur ambivalence, les
responsables du Confort Moderne ont décidé de le déprogrammer.

A Rennes, le responsable de la MJC et les élu/es se sont réfugiés
derrière une pseudo-liberté d’expression qui ne connaîtrait aucune
limite pour maintenir le concert d’OrelSan. La liberté d’expression,
telle qu’elle est internationalement reconnue, connaît pourtant une
limite : l’appel à la haine et au meurtre.

Dans leur volonté de protester contre cette conception de la liberté
d’expression qui ne respecte ni l’humain ni le vivre-ensemble, quatre
associations ont appelé à un sit-in le jour du concert devant la MJC :
Pulsart, association nationale d’actions artistiques auprès des jeunes
en difficulté, et trois associations locales qui agissent pour les
droits et l’autonomie des femmes. L’entrée de la salle a été bloquée
pendant une heure par quelques manifestant/es, retardant ainsi le
concert. Cette action s’est déroulée sans violence. Pendant le blocage,
les participant/es, des militant/es d’associations et des étudiant/es de
Rennes 2, ont discuté avec le public pour leur faire prendre
connaissance de la teneur des textes d’OrelSan et de leur gravité.

Jeudi dernier, 30 avril, Pulsart et d’autres associations ont reçu une
lettre de l’avocat d’OrelSan en date du 22 avril qui les met « en
demeure d’interrompre immédiatement toutes [leurs] actions de nature à
porter atteinte au bon déroulement de la carrière d’OrelSan ».

L’avocat du champion de la liberté d’expression intime donc aux
associations de se taire sous menace de poursuites.

*Nous soutenons toutes les associations mises en demeure.*
*Ces mises en demeure concernent aussi chacune de nos associations :*
*c’est notre liberté de manifestation et d’expression qui est menacée.*

Par ailleurs, l’avocat d’OrelSan émet toute une série d’accusations
mensongères qu’il est bien sûr dans l’impossibilité d’étayer par quelque
fait réel. La manœuvre vise à faire pression pour imposer le silence aux
associations féministes.

L’avocat avance aussi : « la chanson dont vous dénoncez les paroles
n’est ni contenue dans l’unique album d’OrelSan, ni interprétée lors de
ses prestations sur scène ».

OrelSan ne chante plus « Sale Pute » sur scène, mais il continue à
chanter « Suce ma bite pour la Saint-Valentin » où il menace (déjà !) sa
copine de la « marie-trintigner » si elle ne se tait pas (décidément,
c’est une manie !). De plus, ces chansons, parmi les plus haineuses de
son répertoire, sont toujours accessibles sur internet : le rappeur et
ses producteurs refusent de les retirer.

Nous rappelons enfin que plusieurs autres de ses chansons sont porteuses
d’un message de haine contre les femmes, les gays et les lesbiennes.
Pour n’en citer que deux, « Courez, courez » et « Différent » comptent
parmi les chansons de son album qui portent atteinte à la dignité humaine.

*OrelSan use et abuse de la liberté d’expression,*
*mais dénie à celles et à ceux qui rejettent ses chansons le droit de
s’exprimer.*
*Nous refusons le chantage et le silence qu’il veut nous imposer.*
*Nous dénonçons les accusations mensongères proférées par son avocat.*
*Nous affirmons que la liberté d’expression n’appartient pas qu’aux
« artistes » :*
*la liberté d’expression appartient à chacun/e d’entre nous.*
*OrelSan ne nous fera pas taire !*

*Signataires :*
Association Droits des Femmes XXe, Chiennes de Garde, « Cineffable,
Quand les lesbiennes se font du cinéma », Collectif de pratiques et de
réflexions féministes « Ruptures », Collectif national pour les droits
des femmes (CNDF), Collectif 13 Droits des Femmes, Coordination des
associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (CADAC),
Coordination française pour le Lobby européen des femmes (CLEF),
Coordination Lesbienne en France (CLF), CQFD-Fierté Lesbienne, Elu/es
Contre les Violences faites aux Femmes (ECVF), Fédération nationale
solidarité femmes (FNSF), « Femmes Libres » - Radio Libertaire, Femmes
Solidaires, La Meute, Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie
(LFID), Ligue du Droit International des Femmes (LDIF), Mix-Cité Paris,
Mouvement français pour le planning familial (MFPF), Nouveau Parti
Anticapitaliste (NPA), Paroles de femmes Massy, Parti de Gauche,
Pluri’elles Algérie, SOS Sexisme….

Anonyme a dit…

manifestation mercredi 13 mai à 18 h30 devant le bataclan 50 bd voltaire à paris

les asso ont demandé un droit de réponse avant le conert qu'il essaiera de tenir à 19h30

Site counter

Archives du blog