28 mars, 2012

Chroniqueuses politiques ou "Attendez-vous à savoir ! car j'ai encore appris !"

Il ne faut pas oublier qu'avant la très insipide et pâlichonne de droite Catherine Ney, la revêche et politiquement tout terrain Arlette Chabot, il y eut leur mère à toutes, leur sainte patronne, leur déesse aux mille langues.
Non, ce ne fut pas la délicieuse, la si fashion et si suave et guimauve centriste Françoise Giroud, non, ce fut l'énorme, la gigantesque, l'inclassable et tonitruante Geneviève Tabouis aujourd'hui quelque peu oubliée.
Geneviève Tabouis commença ses chroniques dès les années trente, fit œuvre, pendant"la guerre", de résistance active, devint copine avec Eleonor Roosevelt, et quelques temps encore avant sa mort en 1985, on pouvait l'entendre régulièrement sur Radio Luxembourg (dont elle avait épousé un demi siècle avant le PDG), commencer de sa voix et de sa diction de comédienne du Français, mi-Marie Marquet mi-Marguerite Moreno ses chroniques politiques par l'inévitable et générique "Attendez-vous à savoir" suivi du très nécessaire "j'ai encore appris !" Et c'était vrai, vu sa longévité, elle connaissait tout le monde sur au moins trois générations et autant de républliques...

C'est en raison de son discours invariablement péremptoire, que Jean Yanne qui était, faut reconnaître, 90 % de son temps génialement drôle, avait inventé en son honneur, pour évoquer d'un trait un propos sans conteste, le verbe "nevièvetabouir" qu'on conjuguait ainsi :
Je nevièvetabouis,
Tu nevièvetabouis
Il nevièvetabouit...

2 commentaires:

daniel a dit…

Ici, c'est Geneviève Tabouis qui vous parle :
- selon le dernier communiqué du Gué Pé R A... (GPRA)... il semblerait que....

P. P. Lemoqeur a dit…

Ah, tu te souviens, toi aussi !
Ca me rassure !

Site counter

Archives du blog