13 juillet, 2011

La petite boutique d'Alain Vian



Bien sûr, Alain Vian était le frère puiné de Boris... Mais il était aussi musicien et antiquaire organologue spécialisé dans les instruments de musique pourvu qu'ils fussent bizarres, rares et venus d'ailleurs dans l'espace et le temps, psaltérions, ophicléides, cromornes, archi-luths, cithares et autres vièles et tympanons... Il tenait boutique rue Grégoire de Tours et l'on pouvait voir sur le pas de sa porte ou bien derrière les vitres sa grande carcasse paisible, et sous ses cheveux longs sans couleur sa belle gueule de Vian, irréfutable !
Je suis passé dimanche dernier rue Grégoire de Tours, ça faisait des années... Le magasin de Vian n'existe plus (au fait, est-il toujours en vie ? 90 ans, de nos jours, c'est jouable ! ), maintenant c'est de la sape, bien sûr, mais la devanture est restée la même, avec ses angles supérieurs coupés, juste repeinte en marron-lie de vin ; elle était quand je suis arrivé à Paris, le temps déjà aidant, jaune pale et céladon délavés si ma mémoire est bonne mais elle est, pour ceux qui l'ont connue, toujours reconnaissable, comme deux yeux étonnés, grands ouverts sur le passé. C'est bien.

7 commentaires:

S;Vian a dit…

Vous vous demandiez ce qu'était devenu Alain Vian et bien je suis au regret de vous annoncer qu'il est mort il y a de cela 16ans. Mais je suis ravi de voir qu'il est resté dans la mémoire de certaines personnes.
Son Fils.

P. P. Lemoqeur a dit…

Mais oui !
Faut dire qu'il n'était pas banal.
Y a des gens comme ça, qui restent en mémoire...

Philippe Lievens a dit…

Au fils d'Alain Vian.

J'ignorais qu'Alain Vian avait un fils, Boris en a eu un Patrick, mais Alain je ne vois pas, mais peut être que j'ignore tout simplement votre existence, mon cher cousin. Je suis le neveu d'Alain, je me prénomme Philippe, ma cousine sa fille s'appelle muriel vian, elle est aussi la fille de Denise Vian, ma tante (Lievens était son nom de jeune fille). Compliqué ces histoires de famille. J'aimais aussi aller le voir dans son magasin dans les années 70.

P. P. Lemoqeur a dit…

Je n'imaginais pas, chers Vian et apparentés, en écrivant ce billet déclencher une "guerre des Vian" !
Le principal, en dehors de toute considération de parenté, n'est-il pas qu'on se souvienne de lui ?

Philippe Lievens a dit…

Je me suis renseigné, effectivement Alain après s'être séparé de Denise à eu d'autres enfants, je l'ignorais, il est vrai que j'ai toujours été un peu un électron libre, sourire. Pas de guerre, d'ailleurs le sujet, est clos.Vous avez raison P.P. lemoqueur l'essentiel est que l'on se souvienne de lui.

Philippe.

Anonyme a dit…

j'ai connu cette boutique, j'y etait tj fourré, enfin souvent dans les années 60
j'aimais bien discuter avec lui et fouiller dans son capharnaüm. Il m'expliquait le fonctionnement des instruments bizarres
La boutique était peinte en bleu cæruleum un peu passé

P. P. Lemoqeur a dit…

oui, endroit magique ! moi, je la voyais vert céladon,peu importe.
Ca me rassure de partager des souvenirs que peu de gens partagent.

Site counter

Archives du blog