20 janvier, 2012

When the cat's away, the mice will play ...


vitrine de la boutique du dératiseur des halles à Paris

1 commentaire:

daniel a dit…

Je crois que ça fait près d'un siècle
que cette boutique sévit contre les rats. Avant ils exposaient leurs dépouilles (z'oopimes !) en les accrochant pendus par la queue. C'était cruel en diable, ça faisait la joie et la peur aux enfants !
ça donnait à réfléchir sur l'existence animale et humaine !
Un peu comme dans ce poème des fleurs du mal... Le jouet, je crois

Site counter

Archives du blog