09 février, 2012

Maître et élève !

Lovis Corinth vint à Paris travailler, ça se faisait à l'époque, avec le célèbre et très académique Bouguereau.
Voici le résultat ...

La Naissance de Venus du maître :



et celle de l'élève...


4 commentaires:

serge a dit…

q est ce q il faut en penser........elle est ou l erreur

daniel a dit…

Je m'interroge sur les dimensions du Lovis Corinth...

P. P. Lemoqeur a dit…

Serge,
Y a pas d'erreur.
Il y a la rencontre entre deux expression d'un même art, la peinture.
Corinth savait ce qu'il allait trouver chez Bouguereau.
Deux projets différents. Bouguereau souhaite plaire, parce qu'à son époque c'est ce qu'on lui demande, quelles que soient les raisons de ceux qui le lui demandent et on ne peut l'apprécier à sa juste valeur qu'une fois qu'on l'a admis.
Corinth, lui il s'en fout... Son projet n'est pas, dans l'immédiat de plaire, mais de trouver une autre voie... L'un s'embourbe, fût-ce somptueusement, dans des certitudes esthétiques. L'autre peint dans le risque, à l'aveuglette... et trouve, car le génie lui sourit, de quoi à sa manière satisfaire le sens et par la force des choses , l'intellect...

P. P. Lemoqeur a dit…

Daniel,
Difficile de trouver les dimensions exactes.
J'imagine qu'il s'agit un tableau de taille modeste. Pas plus de centvingt par cent. A vérifier !

Site counter

Archives du blog